#Mettre Fin Aux Châtiments Corporels Appel à l'action

Let's end corporal punishment together

Les châtiments corporels sont la forme la plus courante de violence à l'encontre des enfants. Leur acceptation sociale généralisée normalise un niveau de violence pendant toute l'enfance, elle consacre le statut inférieur des enfants dans la société et ouvre la voie à d'autres formes de violence, d'exploitation et de mauvais traitements.

Les châtiments corporels constituent une violation des droits de l'enfant. Ils portent également préjudice aux investissements dans leur santé physique et mentale et dans leur éducation et sont associés à un large éventail d'effets négatifs à court et à long terme, tant pour l'enfant lui-même que pour la société et l'économie.

Ensemble, nous réaffirmons notre engagement à accélérer l'action visant à interdire les châtiments corporels dans tous les contextes afin que les enfants soient protégés par la loi au même titre que les adultes. Étant les membres les plus petits et les plus vulnérables de la société, les enfants méritent plus de protection que les adultes, pas moins.

Les enfants méritent plus de protection que les adultes, pas moins.

Aujourd'hui, nous appelons tous les États qui ne l'ont pas encore fait à s'engager et à entamer le processus législatif visant à interdire les châtiments corporels dans tous les contextes d'ici à la fin de 2022. Cela ouvrira la voie à une interdiction universelle d'ici 2030. L'intention de cette réforme juridique n'est pas de poursuivre les parents et les personnes ayant la garde des enfants, mais de signaler l'intention du gouvernement de provoquer un changement culturel en faveur d'une éducation non violente des enfants, où les parents et les personnes ayant la garde des enfants sont soutenus dans l'exercice d'une parentalité et d'une discipline positives. L'expérience mondiale montre qu'une législation interdisant la violence ou les abus ne suffit pas. Il est essentiel de disposer également d'une législation spécifique qui interdit les châtiments corporels* dans tous les contextes.

L'obligation de parvenir à l'interdiction universelle et à l'élimination de tous les châtiments corporels à l'égard des enfants d'ici 2030 est fondée sur la cible 16.2 des objectifs de développement durable, ainsi que sur les engagements existants en matière de droits de l'homme. Pourtant, 87 % des enfants du monde ne sont pas protégés par la loi contre les châtiments violents, et ces derniers constituent une expérience quotidienne - avec des conséquences à vie - pour la majorité des enfants dans le monde.

Aucun enfant ne devrait jamais être soumis à la violence. Notre vision est celle d'un monde où tous les enfants sont en sécurité pour grandir, apprendre, jouer et s'épanouir, dans leurs foyers, leurs écoles et leurs communautés. Nous considérons qu'il existe un impératif moral ainsi que de solides arguments en matière d'investissement pour agir. Les enfants ne peuvent et ne doivent pas attendre plus longtemps pour être protégés par la loi contre les châtiments corporels.

Les enfants ne peuvent et ne doivent pas attendre plus longtemps pour être protégés par la loi contre les châtiments corporels.

Nous en savons plus que jamais sur les solutions et nous savons que des progrès sont possibles. Il y a quarante ans, un seul pays interdisait tous les châtiments corporels des enfants; aujourd'hui, 62 États ont adopté cette mesure révolutionnaire. Mais, alors que nous entrons dans la décennie d'actions pour atteindre les objectifs de développement durable, nous savons que les progrès doivent s'accélérer si nous voulons tenir notre promesse d'assurer aux enfants une enfance non violente d'ici 2030.

Pour réussir, nous devons travailler ensemble. Nous appelons tous les gouvernements à s'engager en faveur des propositions de politiques sur les châtiments corporels dans le cadre de la campagne Together to #ENDviolence:

  • Tous les États (qui ne l'ont pas encore fait) s'engagent à entamer une réforme juridique visant à interdire les châtiments corporels dans tous les contextes d'ici à la fin de 2022;
  • Tous les États s'engagent à interdire les châtiments corporels dans tous les contextes d'ici 2030;
  • Tous les États s'engagent à accélérer l'élimination des châtiments corporels, en mettant en œuvre un plan national comprenant des campagnes d'éducation publique, un appui à la parentalité positive pour tous, la promotion d'écoles et de communautés sûres, la formation professionnelle, etc.
  • Tous les États s'engagent à mesurer les progrès accomplis en incluant l'indicateur 16.2.1** des objectifs de développement durable dans les programmes statistiques nationaux.

Pour souscrire à cette déclaration et les propositions de politiques sur les châtiments corporels dans le cadre de la campagne Together to #ENDviolence, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.